• HopenU est une jeune association pour jeunes gays; lesbiennes; bi et trans...

    Nos projets s'inscrivent dans un cadre d'échange, d'écoute et de partage ; où chacun peut laisser libre champs à ses idées et opinions.

    Tout en proposant des projets culturels et artistiques, des débats, des soirées tout au long de l'année, notre message invite au respect des différences, à la lutte contre toute forme de racisme y compris l'homophobie, à la prévention et à la mixité.

    Vous pouvez nous nous contacter par le mail : H_open_u@hotmail.com. Libre pensée, libre parole. Toute proposition sera la bienvenue

    L'équipe de H'open'U

    votre commentaire
  • L'homophobie sous toutes ses formes

    L'homophobie est une forme de racisme qui part du postulat que l'hétérosexualité bénéficierait d'un statut supérieur à l'homosexualité. Elle désigne l'hostilité implicite ou explicite subie par les homosexuels.

    Cette inimité relève de la peur, de la haine, de l'aversion ou encore de la désapprobation envers l'homosexualité.

    L'homophobie se décline et prend plusieurs formes; passant de l'homophobie "théorisée" à l'homophobie "culturelle" qui n'est ni une peur innée, ni une réflexion construite mais souvent un trait culturel acquis au contact d'une société globalement homophobe par habitude.


    L'homophobie "théorisée"

    Fondée sur des thèses religieuses, philosophiques, politiques ou scientifiques. Désignant l'homosexualité comme un danger pour les sociétés humaines.

    Les religions continuent à condamner l'homosexualité mais ont perdu tout leur pouvoir juridique ou pénal dans les Etats non théocratiques.De nombreux croyants vivent mal leur homosexualité, ils se retrouvent en conflit avec la morale de leur religion tout en étant confrontés aux préjugés de notre société qui trouvent racine dans la morale judéo-chrétienne.

    La qualification de relations homosexuelles comme""normales" n'est pas unanimement acceptée par les scientifiques. Ceci dit, tous les essais pour prouver une différence anatomique ou fonctionnelle différenciant l'homosexuel de l'hétérosexuel ont été négatifs et n'ont abouti à rien.

    Cette forme d'homophobie ne repose sur aucune vérité et devient cependant dangereuse et trés violente. Elle combat l'homosexualité et repose sur des clichés, milite pour l'exclusion et la pérsecution.


    L'homophobie "culturelle"

    C'est sa forme la plus répandue et la plus inconsciente.Elle fait partie du quotidien et n'est quasiment jamais dénoncée quand elle se présente.Elle repose essentiellement sur une accumulation d'idées reçues, de croyances et de préjugés difficiles à faire évoluer.

    Ses manifestations commencent par le fait de considérer que l'homosexualité est " tolérable", qu'elle peut etre "avouée "comme une faute. Ce sont également toutes les insultes sur les cours de récréation ou dans les stades qui associent les homosexuels à des humains inférieurs et méprisables.


    L'homophobie "intériorisée"

    L'adolesence marque le début d'un long cheminement et c'est généralement à cette période que se détermine nos orientations sexuelles. Cette découverte est parfois difficile, car, depuis la plus tendre enfance, lesbiennes, gays et bisexuel-les grandissent dans un environnement qui fait peu référence à l'homosexualité. C'est ainsi que dans leur famille ou à l'école, ils subissent les homophobies culturelles et théorisées, et les intègrent.

    L'homophobie intériorisée s'explique par la difficulté de chaque individu à s'affranchir de tout ou d'une partie de son éducation et de ses influences passées. Cela se traduit parfois par une dévalorisation et une perte d'estime de soi.




    L'homophobie reste d'actualité en France


    Discours haineux, incitation à la discrimination, violence verbale, psychologique et physique. Persécutions allant parfois jusqu'au meurtre, l'homophobie existe bel et bien et se manifeste dans tous les domaines qu'ils soient publics ou privés. Empruntant différentes formes de discrimination, violant le principe de l'égalité dans l'ombre des restrictions injustifiées et abusives, empiétant le principe de la liberté religieuse et le droit de liberté de conscience.

    Le rapport 2004 de SOS homophobie"0810108135" témoigne et rappel à quel point l'homophobie reste violente.

    Aujourd'hui plusieurs associations ont vu le jour, permettant à chacun de connaitre ses droits et de se défendre de manière plus efficace. Bien qu'elles aient été fortement saluées, ces initiatives restent encore insuffisantes, en pérpetuelle confrontation aux préjugés, à l'intolérance, aux stéréotypes et à la violence. Au tant dire que les mentalités doivent encore évoluées afin de faire valoir les droits de chacun, et combattre fermement toute forme de racisme et de discrimination, fondée entre autre sur l'orientation sexuelle.


    Par M et F

    votre commentaire


  • L'homophobie est une forme de racisme qui part du postulat que l'hétérosexualité bénéficierait d'un statut supérieur à l'homosexualité. Elle désigne l'hostilité implicite ou explicite subie par les homosexuels.

    Cette inimité relève de la peur, de la haine, de l'aversion ou encore de la désapprobation envers l'homosexualité.

    L'homophobie se décline et prend plusieurs formes; passant de l'homophobie "théorisée" à l'homophobie "culturelle" qui n'est ni une peur innée, ni une réflexion construite mais souvent un trait culturel acquis au contact d'une société globalement homophobe par habitude.


    L'homophobie "théorisée"

    Fondée sur des thèses religieuses, philosophiques, politiques ou scientifiques. Désignant l'homosexualité comme un danger pour les sociétés humaines.

    Les religions continuent à condamner l'homosexualité mais ont perdu tout leur pouvoir juridique ou pénal dans les Etats non théocratiques.De nombreux croyants vivent mal leur homosexualité, ils se retrouvent en conflit avec la morale de leur religion tout en étant confrontés aux préjugés de notre société qui trouvent racine dans la morale judéo-chrétienne.

    La qualification de relations homosexuelles comme""normales" n'est pas unanimement acceptée par les scientifiques. Ceci dit, tous les essais pour prouver une différence anatomique ou fonctionnelle différenciant l'homosexuel de l'hétérosexuel ont été négatifs et n'ont abouti à rien.

    Cette forme d'homophobie ne repose sur aucune vérité et devient cependant dangereuse et trés violente. Elle combat l'homosexualité et repose sur des clichés, milite pour l'exclusion et la pérsecution.


    L'homophobie "culturelle"

    C'est sa forme la plus répandue et la plus inconsciente.Elle fait partie du quotidien et n'est quasiment jamais dénoncée quand elle se présente.Elle repose essentiellement sur une accumulation d'idées reçues, de croyances et de préjugés difficiles à faire évoluer.

    Ses manifestations commencent par le fait de considérer que l'homosexualité est " tolérable", qu'elle peut etre "avouée "comme une faute. Ce sont également toutes les insultes sur les cours de récréation ou dans les stades qui associent les homosexuels à des humains inférieurs et méprisables.

    L'homophobie "intériorisée"

    L'adolesence marque le début d'un long cheminement et c'est généralement à cette période que se détermine nos orientations sexuelles. Cette découverte est parfois difficile, car, depuis la plus tendre enfance, lesbiennes, gays et bisexuel-les grandissent dans un environnement qui fait peu référence à l'homosexualité. C'est ainsi que dans leur famille ou à l'école, ils subissent les homophobies culturelles et théorisées, et les intègrent.

    L'homophobie intériorisée s'explique par la difficulté de chaque individu à s'affranchir de tout ou d'une partie de son éducation et de ses influences passées. Cela se traduit parfois par une dévalorisation et une perte d'estime de soi.


    La Lutte contre l'homophobie
    L'homophobie reste d'actualité en France


    Discours haineux, incitation à la discrimination, violence verbale, psychologique et physique. Persécutions allant parfois jusqu'au meurtre, l'homophobie existe bel et bien et se manifeste dans tous les domaines qu'ils soient publics ou privés. Empruntant différentes formes de discrimination, violant le principe de l'égalité dans l'ombre des restrictions injustifiées et abusives, empiétant le principe de la liberté religieuse et le droit de liberté de conscience.

    Le rapport 2004 de SOS homophobie"0810108135" témoigne et rappel à quel point l'homophobie reste violente.

    Aujourd'hui plusieurs associations ont vu le jour, permettant à chacun de connaitre ses droits et de se défendre de manière plus efficace. Bien qu'elles aient été fortement saluées, ces initiatives restent encore insuffisantes, en pérpetuelle confrontation aux préjugés, à l'intolérance, aux stéréotypes et à la violence. Au tant dire que les mentalités doivent encore évoluées afin de faire valoir les droits de chacun, et combattre fermement toute forme de racisme et de discrimination, fondée entre autre sur l'orientation sexuelle.





    Par M et F

    votre commentaire